Amateurs de mode, vous avez sûrement dû remarquer une apparition soudaine de tenues extravagantes dans les rues de Paris. Et pour cause : du lundi 24 septembre au 2 octobre s’est déroulée la fameuse -et extraordinaire- Paris Fashion Week 2018.

L’occasion pour les plus grandes maisons de nous présenter les collections Printemps-été 2019. Cela fait maintenant 45 ans que les shows parisiens ne nous ont pas déçu, et cette année ne fait pas exception.

Christian Dior, Margiela, Y/Project, Céline, Hermès ou encore Chanel… Tant de grands noms réunis dans une seule ville. Pour ceux qui aurait oublié de tout regarder, je vais vous aider.

Voici les 10 points à retenir de la Paris Fashion Week :

 

1/ La surprise : Hedi Slimane

Après le départ de la fantastique Pheobe Philo à la tête de Céline, c’est Hedi Slimane, ex-directeur artistique de Yves Saint Laurent, qui a pris sa place. Pour tout vous dire, on a eu peur de ce changement. Non pas que Hedi Slimane n’était pas à la hauteur en tant que DA, mais plutôt que Pheobe Philo avait mis la barre vraiment très haute.

C’est donc avec impatience que nous avons attendu le défilé Céline, ce 28 septembre.

hedi-slimane-celine-defile
© lmaxtree – Défilé Celine Printemps/Été 2019

Tout le long du show, nous avons vu des femmes libres et désinvoltes en robe courte du soir. Tout le contraire de la femme forte et intellectuelle de Phoebe Philo. Si le défilé a fait grande impression à Bernard Arnault, PDG de LVMH, certains se sont indignés. Hollywood Reporter à même comparé Hedi Slimane à un “Trump de la mode” .

 

2/ L’exagération des accessoires

Pour ce printemps/été 2019, soyez prêts à sortir vos accessoires car de grandes maisons ont complété leur look avec des pièces élégantes. Prenez par exemple Jacquemus et sa mode de la “femme du sud” : des sacs tailles XXS sont venus porter compagnie à de belles femmes libres de leur corps.

Nous avons, à contrario, les chapeaux grandeur maxi de Junko Shimada, Off-White et ses chaînes XXL. Chanel nous a aussi régalé avec des sacs coquillages mais aussi des casquettes en paille.

jacquemus-defile
© lmaxtree – Défilé Jacquemus Printemps/Été 2019

 

3/ Les teintes neutres

Le blanc et le noir ont brillé cette saison. Contrairement à la Fashion Week de Milan ou de New-York, Paris a penché pour des couleurs neutres mais avec quelques touches de couleurs qui ont fabulé les silhouettes des shows. Cette tendance a notamment été aperçue chez Yoshi Yamamoto (déjà connu pour ses défilés en noir et blanc), Céline, Rick Owens ou encore John Galliano.

Qui dit noir et blanc, dit forcément Chanel. Et bien pas cette fois ! La maison a gardé son tailleur mais a opté pour des teinte de couleurs plus “plage”.

rick-owens-defile-fashion-week
© lmaxtree – Défilé Rick Owens Printemps/Été 2019

 

4/ Le cuissard

Le sport est naturellement source de tendance. On peut se rappeler du défilé printemps/été 2018 et des combinaisons de pilote de Ralph Lauren, Dior ou encore Fenty X Puma by Rihanna.

Cette année, la pièce phare des podiums est attribuée aux cyclistes. En effet, le fameux cuissard a fait le show dans plusieurs maisons comme Mugler ou Fendi.

mugler-defile-fashion-week
© lmaxtree – Défilé Mugler Printemps/Été 2019

 

5/ Retour â l’âge western

Cette année, plusieurs interprétations du western ont été abordées. On a ainsi retrouvé la cowgirl chic et sexy de Chanel avec veste à franges, jupe mi-genoux et maquillage dessiné, mais aussi une version plus sauvage avec Longchamps : veste et chaussures hautes à franges.

chanel-defile-fashion-week
© lmaxtree – Défilé Chanel Printemps/Été 2019

 

6/ Vivienne Westwood

Cette marque, qui a l’habitude de montrer une collection punk, a cette fois misé sur un tout autre mouvement : les skateuses de Kaboul… Ce qui a convaincu tout le monde !

Mais que les fans de la première heure soit rassurés : la maison Westwood garde néanmoins son style dérangé en nous présentant de grosses couches de robes attachées entres elles ou encore des chapeaux chaises.

defile-fashion-week-vivienne-westwood-printemps-ete-2019
© lmaxtree – Défilé Vivienne Westwood Printemps/Été 2019

 

7/ Courrèges

À l’époque d’André Courrèges, le blouson en vinyle était sa pièce la plus avant-gardiste. Revisitée encore et encore, cette veste est très vite devenue sa pièce la plus iconique.

Mais la nouvelle créatrice de la maison française, Yolanda Zobel, a malheureusement décidé de renoncer au plastique… À partir de la prochaine collection seulement. Car selon elle : “On ne peut pas lancer quelque chose de nouveau sans dire au revoir au passé”.

defile-courreges-fashion-week-paris
© lmaxtree – Défilé Courrèges Printemps/Été 2019

Les dernières pièces en vinyle de la maison futuriste seront numérotées et auront donc d’autant plus de valeur.

 

8/ Bienvenue Gucci

Gucci, habitué de la Fashion Week de Milan, a cette année rejoint les rangs de Paris. Une opportunité pour la maison  de faire chanter Jane Birkin qui va interpréter “Baby alone in Babylon”.

defile-gucci-printemps-ete-parisdefile-fashion-week-gucci-printemps-ete-paris
© lmaxtree – Défilé Gucci Printemps/Été 2019

Outre la trahison de Gucci à Milan, Alessandro Michele reste fidèle à lui-même avec des silhouettes fortes, des accessoires diversifiés… Bref, une belle représentation de ce qu’est la femme et l’homme Gucci.

 

9/ Balenciaga en 3D

La maison Balenciaga, toujours élégante, épurée, sculpturale, nous a offert une surprise de taille. À la recherche constante de nouvelles expérimentations à faire, c’est la technique du moulage 3D qui nous a été présentée cette année. Elle fut notamment utilisée sur les vestes et les manteaux avec la volonté de revisiter la notion de tailleur.

Durant le show, les mannequins ont ainsi déambulé dans un tunnel de LED. Demna Gvasalia explique à la presse : “C’est comme marcher dans un film, nous avons essayé de faire un projet que personne n’a jamais fait”. Le défilé Balenciaga, propre à l’ADN de la maison a été fabuleux.

defile-balenciaga-fashion-week-paris
© Robyn Mowatt – Défilé Balenciaga Printemps/Été 2019
Auteur

Je suis celui qui tuera le prochain chien de John Wick.

Écrire un commentaire

Inline
Inline