Vous vous rappelez sans doute du célèbre film Casablanca sorti en 1942 ? Le charmant Rick, un aventurier new-yorkais, dirige un restaurant à Casablanca. Nous sommes en 1941 et la ville de la côte atlantique est une destination pour tous les voyageurs: espions, pauvres qui veulent partir, héros de la résistance, arnaqueurs, trafiquants, joueurs professionnels.

 

Costumes des protagonistes

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par CAMICISSIMA Milano Official (@camicissima) le

Il est vraiment qu’aujourd’hui entre la création d’internet et les boutiques en ligne, on trouve aisément de beaux pantalons en lin pour homme comme chez la marque italienne https://www.camicissima.fr/, des trenchs, et bien d’autres intemporels de la garde-robe de l’homme moderne. En 1941, on avait déjà compris que ces grands classiques pouvaient être utilisés également pour habiller les personnages des plus grands films. En effet, dans Casablanca, on retrouve une série de clins d’œil à la mode moderne et aux outfits intemporels qui complètent nos armoires aujourd’hui. Véritables visionnaires de la mode, Casablanca est un morceau de l’histoire de la mode internationale.

 

Petit rappel de la trame

La belle Ilssa arrive au restaurant avec son mari Victor Lazlo, traqué par les nazis. Rick est en possession de deux précieux laissez-passer et envisage de partir avec sa femme. Cependant, à l’aéroport, Bogart s’assure que ce soit Victor car il est précieux pour la lutte contre le nazisme. “Nous deux ne sommes rien dans cette immense tragédie”, dit-il à Bergman en pleurs.

 

Le Mythe

Mythe authentique du cinéma, l’un des plus grands. Mais comme vous le savez, le cinéma n’est pas toujours logique et le public ajoute ensuite à la légende des histoires qui trébuchent à plusieurs reprises dans le mélo, qui présentent des reconstitutions de l’environnement tout à fait improbables, mais qui, en fait, fonctionnent mystérieusement bien. Nourri dans le temps par le mythe éternel de Bogart, par les citations de Woody Allen, par les passages répétées à la télévision, le film est resté un film culte. Il faut accorder un grand bravo aux extraordinaires têtes d’affiche : le grand Sidney Greenstreet, l’ambiguë Claude Rains, l’anxieux Peter Lorre. En outre, Le film gagna un Oscar en 1943, pour ses déclarations contre “l’ennemi du monde”, devenant, ainsi, un manifeste de propagande de guerre.

 

 

Auteur

Passionnée par le secteur de la mode, j'adore vous partager mes dernières découvertes au travers de mes articles.

Écrire un commentaire

Inline
Inline