interview-monsieur-barbier

Monsieur Barbier : l’interview pas rasoir de Ganaël

Ganaël, créateur de Monsieur Barbier, se livre à nous le temps d’une interview

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Ganaël Bascoul, 37 ans, toutes ses dents. Né à Montpellier, élevé à Nîmes, vivant à Paris.

A l’origine je viens des maths ! Et d’une école qui m’a beaucoup appris, l’ENSAE ParisTech. Puis j’ai fait un doctorat, et j’ai enseigné trois ans au sein ESCP Europe différentes matières : les stats, le développement durable, le marketing et l’innovation.

D’ailleurs j’y enseigne encore aujourd’hui plus ponctuellement, avec grand plaisir !

Puis je suis passé dans de grands groupes, toujours dans le domaine de l’innovation comme EY, ex-Ernst & Young (département innovation et développement durable) et Dentsu Aegis Network, ex-Aegis Media (département innovation digitale). Sans oublier le lancement de SoonSoonSoon.com et d’une chronique sur Radio Nova que j’ai pu assurer plusieurs années, avant de lancer Monsieur Barbier !

Voilà je pense que vous en savez plus que Google et la NSA réunis.

Quoique non… ils vont certainement scanner votre site aussi, vu qu’il est au top.

Donc bon voilà, vous en savez autant qu’eux ! Ahah.

 

Parlez-nous de votre projet : comment vous est venue l’idée de lancer votre marque ?

En me rasant le matin. Désolé… Mais c’est pas loin d’être vrai !

Le rasage, et le grooming pour hommes en général, c’est plutôt paradoxal : d’un côté l’univers des barbiers à l’ancienne, avec un vrai savoir-faire et un plaisir de prendre soin de soin, et de l’autre, des produits de supermarché, plutôt moches, et mal formulés.

Il y avait bien quelques marques intéressantes à l’étranger, comme l’italien Proraso, mais rien en France, d’où l’ambition de créer une grande et belle marque française de rasage et de grooming, avec des produits innovants, naturels et décomplexés !

Ambition folle s’il en est, mais le défi était lancé en octobre 2013, et on ne pouvait plus reculer !

monsieurbarbier.com était né.

 

Monsieur Barbier

 

Entre le moment de l’idée et sa concrétisation, combien de temps ?

Dès le lancement de Monsieur Barbier, nous ne voulions pas de simples produits, nous voulions de très beaux produits, alors il y a eu beaucoup d’A/R pour tester confectionner des formulations sensorielles, naturelles, et innovantes.

Donc cela prend beaucoup de temps ! Par exemple, pour notre notre premier rituel de rasage (Prepa-Shave, Better-Shave, Extra-Shave), on a bien mis un an et demi ! Mais ensuite dès le lancement fin 2016, les retours des clients et des barbiers furent super enthousiastes, alors on a redoublé d’efforts pour continuer l’aventure.

Cette année avec BirchBox, nous lançons les produits Full Care 2-en-1 Barbe & Cheveux, dont le shampoing à l’huile de noix de santal et à la ProVitamine B5, 98% naturel, sans paraben et sans sulfates, qui a pris lui aussi plus d’un an pour son développement, mais que des barbiers nous commandent déjà de l’Ukraine au Chili, en passant par Nîmes et Paris 😉

Bref, cela valait le coup de prendre le temps !

 

Avez-vous des anecdotes concernant le wording/la création de vos produits ?

Ah oui sur notre après-rasage anti-âge Extra-Shave. Pourquoi Extra ?

En fait pour ce produit, nous avons lancé un partenariat avec le laboratoire français OTR3, qui avait développé le RGTA, permettant d’accélérer la régénération de la matrice extra-cellulaire ! A vos souhaits !

En un mot, RGTA une superbe innovation jusqu’alors utilisée en post-opératoire, pour accélérer la cicatrisation naturelle en aidant la peau à se régénérer localement.

Du coup, nous avons décidé d’introduire pour la première fois du RGTA dans un produit cosmétique, pour réduire toute irritation ou micro-coupures liées à l’action bénéfique de “peeling” que constitue le rasage du visage. Couplé avec l’acide hyaluronique aussi présent dans l’Extra-Shave, on avait un baume après-rasage au réel effet anti-âge.

Et on a commencé les tests, sur nous-mêmes* ! Et dès les premiers tests, on avait compris qu’on avait trouvé une super piste, et on se disait :

  • Punaise, c’est extra amigo, c’est vraiment extra !
  • Faut lui trouver un nom qui se retient !
  • Ecoute, on va pas couper les cheveux en quatre, on va l’appeler : Extra-Shave.

 

Et c’est ainsi que le nom de notre best-seller est né.

 

Monsieur-Barbier-produits-rasage

 

NB : Après, comme tout le monde, on a post-rationalisé et officiellement, le mot “extra” vient d’extra-cellulaire, comme la matrice extra-cellulaire de l’épiderme. Pour moi cela représente bien l’esprit de Monsieur Barbier. On cherche à créer les plus belles formulations possibles, à confectionner de vraies innovations, mais on va pas en faire des tonnes dans le naming, ou la scientificité du discours. (Oui je dis scientificité et post-rationalisation parce que je m’entraîne pour la compétition régionale de Scrabble, et là j’en suis déjà à 4127 points en deux mots, suis au taquet).

* Monsieur Barbier est certifié OneVoice, nous ne faisons aucun test sur les animaux et n’utilisons aucun dérivé animal dans nos formulations.

 

Avez-vous rencontré des difficultés ? Comment les avez vous surmontées ?

Monsieur Barbier s’est développé par ses propres moyens, sans levée de fond, ni réseau particulier dans son secteur d’activité. Du coup les difficultés, c’est non stop héhé.

Cela fait partie du quotidien et notre job se divise en deux parties : imaginer des produits et des services les plus fous et les plus cools possibles pour nos clients d’un côté, et d’un autre côté, passer notre temps à résoudre les difficultés pour atteindre ce but.

Exemple de petite galère ? Lorsqu’on a commencé à exporter hors UE, et qu’après une journée à préparer les docs et les formulaires, j’ai fini par appeler le service des douanes pour vérifier que tout était ok. Bien entendu, le douanier au téléphone m’a expliqué que j’avais tout fait de travers (même s’il reconnaissait une certaine créativité dans la démarche) mais il nous a remis sur le droit chemin, en prenant le temps de nous conseiller . Depuis, j’adore la douane, c’est des super pros, au service des PMEs, et je profite de ce papier pour en parler !

Autres galères rigolotes : Apprendre comment filmer une palette avec une vidéo youtube, faire des nuits blanches de préparation de coffrets cadeaux en écoutant Rino Gaetano à fond les ballons, faire des A/R au centre de tri de La Poste en Twingo bourrée de colis au Noël dernier, etc… Mais en général, on en tire pas mal de leçons, et on essaie de mettre un système en place pour anticiper ces galères pour toutes les prochaines fois. Petit à petit, on devient moins petits.

 

Votre plus belle récompense ?

En Italie, à Rome, il y a un barbier très connu et très respecté qui répond au doux nom de Peppino, ou plutôt Antica Barberia Peppino pour être exact.

Une fois que nous avions les prototypes finaux de notre rituel de rasage, nous avons pris RDV, et nous y sommes allés avec nos petits pots blancs tout juste sortis du labo…

On aurait pu s’en passer, on aurait pu sortir notre gamme sans la validation du maître Jedi, mais on voulait passer cette épreuve du feu. Inutile de dire que je flippais, mais à un point !

 

monsieur-barbier

 

Sur place, il a bien voulu tester les produits, lors d’un rasage à blanc, le vrai rasage traditionnel au coupe-chou, à l’ancienne, et à la fin des 20 plus longues minutes de l’histoire de Monsieur Barbier, il nous a dit qu’il aimait vraiment les produits ! Et il nous a même donné plusieurs indications pour perfectionner certains détails, indications toutes pertinentes, et que nous avons donc suivies à la lettre pour la formulation finale, le final cut !

Ce fut une belle journée, en été 2016.

Après des mois d’efforts, on est ressortis du salon comme des gamins qui auraient gagné le Mondial, on a pris un café une rue plus loin, on a regardé les gens passer, on souriait, on a repris un café. Personne le savait, mais on avait gagné le Mondial.

Lien vers le très fameux Peppino : http://www.anticabarberia.it/

 

Quelle routine beauté pour un homme ?

Souvent à l’arrache !

C’est pourquoi on a fait des produits 2-en-1 avec l’après-rasage anti-âge (car il n’a pas le temps de mettre une crème de jour après son après-rasage, s’il met un après-rasage !) ou encore un shampoing Barbe & Cheveux (parce qu’il n’a pas la place d’avoir un shampoing pour la barbe et un pour les cheveux).

Et on se veut aussi super pratiques, super fonctionnels aussi : une petit noix de l’avant-rasage Prepa-Shave agit en une minute pour préparer la peau et ramollir le poil avant le rasage (surtout pour les lendemains de fête ou les matins difficiles), notre huile pour barbe est sèche, pour éviter les doigts qui collent et la barbe qui brille, notre crème de rasage ne mousse pas trop, pour permettre le rasage des contours. Bref, on fait tout pour que le rasage redevienne un plaisir simple de tous les jours !

Et pour ceux qui veulent aller plus loin, on a lancé un cours de rasage en ligne, gratuit, en 10 emails, pour perfectionner sa technique héhé, c’est sur : www.rasagebarbier.com

 

Quelles sont les différents coffrets que vous proposez ?

Bonjour Madame, entrez dans la boutique !

Nous avons le rituel de rasage ! Dans un beau coffret, avec ses petites fiches de conseil, pour avoir une vrai expérience “barbier” dans sa salle de bain.

Nous avons aussi le Old School, le Super Daddy ! A découvrir sur notre site.

 

coffret-rasage-old-school-monsieur-barbier coffret-rasage-daddy-monsieur-barbier Monsieur Barbier

 

Mais au fil du temps, nous proposons pas mal d’éditions spéciales que l’on élabore avec nos partenaires, notamment le Mama Shelter, la Garçonnière ou autre.

Merci Madame, et bon rasage à qui de droit, façon Barbier !

 

Plutôt thé ou café ?

Café

Infos

Café

Promenade du chien, Livio, notre directeur communication, une star !

Café

Rasage au poil, façon Barbier

Café

Arrivée au bureau

Café

Bureau

Café

Remarque du stagiaire : “Mais vous prenez combien de café par jour?”

Déca.

Du coup, on a pas le temps pour le thé…

 

Couche-tard ou lève-tôt ?

Super tôt ! A la morning miracle de L.A. des Etats-Unis !

Le matin, quand le monde n’a pas encore commencé sa journée, tout est ouvert, tout est permis.

On a même fait la chanson du matin, c’est ici :

 

(suis à gauche sur l’écran, en duo avec mon grand ami Julien, on adore cette chanson, on l’a même proposée à l’agent de Dani Brillant, mais pour une raison qui m’échappe, la vidéo n’a jamais vraiment décollé).

 

Votre péché mignon ?

La collection des anciens étuis de lames de rasoir.

C’est un type de collections encore assez confidentiel, je dois le reconnaître…. Hum.

Tellement confidentiel qu’on a dû lui trouver un nom, avec l’aide d’un universitaire génial : la péri-lami-ksuro-philie, tout est expliqué ici : https://blog.monsieurbarbier.com/perilamiksurophilie/

Si vous en trouvez ou que vous en avez, écrivez moi ! J’achète ! ganael@monsieurbarbier.com

 

Avez-vous d’autres passions ?

Répondre aux ITWs, mais ça m’arrive assez peu souvent, du coup quand ça m’arrive, je parle trop. A ce stade, je pense qu’on a perdu tout le monde, mais donc on peut dire n’importe quoi non ?

Zorglubilacéphaloramatikasti ! C’est dit.

 

Que vouliez-vous faire quand vous étiez petit ?

Architecte. Je trouve beau de construire des maisons.

 

La personnalité que vous auriez aimé être ?

L’acteur Alberto Sordi est un modèle d’humour d’élégance et de sincérité.

L’écrivain Philip K. Dick un génie visionnaire qui a transfiguré la SF.

Le chanteur Boby Lapointe a écrit des merveilles de fantaisie.

J’adore ces figures qui mêlent génie créatif et grande humilité.

Bien plus que Steve Jobs ou Elon Musk.

 

Auriez-vous un conseil à donner à ceux qui pourraient avoir envie de lancer leur propre marque ?

C’est un marketeux qui parle ici, mais une marque c’est une personnalité à construire. On a une idée en tête, mais dès qu’on arrive dans le dur, c’est compliqué de gérer à la fois le site, la DA, le produits les packagings, le service-client, l’édito etc. Et pourtant tout cela constitue cette personnalité, mais on ne peut pourtant pas être parfait dès le début sur tous les fronts.

Alors si jamais un seul conseil à donner de ma maigre expérience : Commencez par le produit.

Le produit doit être génial à vos yeux (c’est un début!), il doit représenter au maximum tout ce que vous voulez promettre, tout ce que vous voulez apporter, c’est la première pierre.

Après le design, le discours, le digital etc… oui c’est super important, mais cela pourra évoluer, on pourra le retravailler, en faire plusieurs versions, cela évoluera toujours de toute façon. Mais le produit, c’est ce qu’on apporte réellement de nouveau sur le marché, ce sur quoi on sera jugé dès le début, et in fine.

 

Une citation ou une punchline inspirante ?

Monsieur Barbier : le mariage du savoir-faire barbier et du génie cosmétique français !

(et là en général y a des majorettes qui dansent sur la marseillaise en arrière-fond, c’est assez spectaculaire avec des lunettes 3D, mais ça passe moins bien en version texte).

Sinon en anglais on a déjà un slogan : Your Barber Mate !

(faut qu’on s’en fasse un t-shirt d’ailleurs)

 

Un dernier mot ?

Réponse C : Le cheval blanc d’Henri IV était blanc. C’est notre dernier mot.

 

 

 

ceinture-pour-homme-billy-belt

A DÉCOUVRIR AUSSI : L’INTERVIEW DE QUENTIN, CO-FONDATEUR DE BILLY BELT

Quentin se livre à nous le temps d’une interview

Laisser un commentaire